TRAMWAYS DU MONDE .net - Page 5

  • Hakodate 函館

    Retour au Japon avec quelques photos des tramways d'Hakodate. Habitée par un peu moins de 300.000 habitants, Hakodate est la ville principale du sud de l'île d'Hokkaido.

    Hakodate_2016_0004.JPG

    Le réseau actuel se compose de deux lignes d'environ 9 kilomètres, mais dont l'essentiel de l'itinéraire est commun. Il ne reste que les lignes 2 et 5.

    Hakodate_290992_0013

    Un ancien modèle vu lors de mon premier voyage en 1992.

    Hakodate_290992_0010

    Comme dans de nombreuses villes au Japon, le flotte des tramways est constituée de petites séries diverses, les plus anciennes datant des années 1960.

    Hakodate_2016_0020.JPG

    La série 715-724 date de 1960-61. Ci-dessus la 724 quittant le terminus de la ligne 2 Yachigashiba.

    Hakodate_2016_0036.JPG

    L'autre terminus, celui de la ligne 5 à Dokku Mae.

    Hakodate_290992_0004

    L'attraction touristique principale de la ville est l'ascension (en téléphérique) du Mont Hakodate que l'on voit ici en arrière-plan. Cette excursion donne une vue imprenable sur la ville entourée par la mer. Pour y accéder avec le tram, il faut descendre à l'arrêt Jujigai où les lignes 2 et 5 se rejoignent.

    Hakodate_2016_0013.JPG

    Hakodate_290992_0011
    Les 8001-8008 sont des transformations d'anciennes motrices des années 1960. Elles ont été mises en service entre 1990 et 1997.

    Hakodate_300992_0016

    Hakodate_2016_0050.JPG

    Hakodate_300992_0017

    A l'arrêt de la gare, la 718 en direction de Yunokawa.

    Hakodate_2016_0002.JPG

    Au même endroit, la 2002 est une des deux motrices livrées par Alna, en 1993-1994.


    Hakodate_300992_0021

    Les 800 (qui n'ont pas été transformées) sont quasiment dans leur état original de 1964-1965. Ci-dessus un des trois exemplaires sur l'ancienne ligne 3.

    Hakodate_2016_0043.JPG

    Exemplaire unique, la 8101 est issue de la transformation (en 2002) de la 807 datant de 1963.

    Hakodate_2016_0065.JPG

    Les années 2000 voient arriver les voitures articulées Alna Sharyo. Un premier exemplaire arrivera en 2007, suivie d'un deuxième en 2010 et un troisième en 2014.

    Hakodate_2016_0029.JPG

    La 9603 est la plus récente. Elle est présentée dans une livrée spéciale, la livrée du Shinkansen qui arrivera à Hakodate à partir du 26 mars 2016. Une arrivée considérée comme un événement majeur historique sur l'île d'Hokkaido.

    Hakodate_2016_0031.JPG

    Hakodate_2016_0059.JPG

    Photos 29-30/09/1992 et 9/02/2016.

  • Sapporo

    La ville de Sapporo est la ville principale de l’île d'Hokkaido, au nord du Japon.

    Sapporo_2016_0039.JPG

    La ligne de tramway de Sapporo est une boucle d'environ 8,5 kilomètres, exploitée malgré tout dans les deux sens.

    Sapporo_2016_0079.JPG

    La boucle n'est complète que depuis la mise en service d'un tronçon de 450 mètres reliant les deux anciens terminus, le 19 décembre 2015.

    Sapporo_19920930_009.jpg

    Petit retour en 1992 avec quelques photos de l'époque. Les motrices de type Sapporo datent de la fin des années 1950.

    Sapporo_19920930_004.jpg

    Les livrées étaient différentes qu'actuellement, mais déjà dans les tons verts. Les afficheurs étaient à films et non à LED.

    Sapporo_19920930_013.jpg

    La 211 est la plus ancienne motrice en service. Elle date de 1958.

    Sapporo_2016_0063.JPG

    Aujourd'hui, elle roule toujours, mais a été modernisée.

    Sapporo_2016_0077.JPG

    Sapporo_2016_0045.JPG

    Sapporo_2016_0030.JPG

    Sapporo_2016_0011a.JPG

    Sapporo_19920930_011.jpg

    Les motrices "330" n'existent plus sous leur forme d'origine de 1958.

    Sapporo_2016_0037.JPG

    Elles ont été modernisées et renumérotées dans la série 3300. 

    Sapporo_2016_0071.JPG

    Sapporo_2016_0066.JPG

    Quelques motrices ont été vouées à des livrées publicitaires comme la 3302 "Snowmiku 2016" ci-dessus.

    Sapporo_19920930_003.jpg


    Six motrices Kawasaki "8500" ont été livrées par série de deux, en 1985, 1987 et 1988.

    Sapporo_2016_0034.JPG

    Egalement repeintes et modernisées, on les croise quotidiennement dans les rues de Sapporo. 

    Sapporo_2016_0023.JPG

    La 8522 datant de 1988 est la motrice la plus récente avant la livraison des nouvelles motrices en 2013.

    Sapporo_2016_0076.JPG

    Sapporo_2016_0020.JPG

    D'un look assez futuriste, une nouvelle génération de tramways articulés arrive à Sapporo depuis 2013. Actuellement, 3 voitures ont été livrées (A1201 à A1203). Ces tramways, surnommés "Polaris" ont été fournis par le constructeur d'Osaka, Alna Sharyo.

    Sapporo_2016_0044.JPG

    Sapporo_2016_0061.JPG

    Sapporo_2016_0025.JPG

    Sapporo_2016_0053.JPG

    Après les chutes de neige, le chasse-neige est de sortie. Nous envoyons deux ici au dépôt prêts à l'action.

    Sapporo_19920930_018.jpg

    Datant de 1959, la M101 est la voiture "musée".

    Sapporo_2016_0051.JPG

    Elle est conservée dans son état d'origine.

    Japon_2016_0316.JPG

    Au festival de la neige 2016, deux tramways étaient représentés, grandeur nature, en neige. La fameuse M101 a été reproduite aux côtés d'une Polaris. 

    Sapporo_2016_0082.JPG

    Enfin terminons par un écran d'information interactif disponible aux 24 arrêts. La position de chaque tram est indiquée. Les nouveaux tramways Polaris sont même repérables par leur petit logo noir. 

    Photos : 30.09.1992 et 10/11.02.2016.

     

  • Saragosse (Zaragoza)

    La ville espagnole de Saragosse a son tramway moderne depuis avril 2011. 

    Zaragoza_0007.JPG

    Plutôt que de construire un coûteux tunnel sous le centre-ville, les concepteurs ont proposé une traversée du centre historique sans ligne aérienne. Les rames Urbos CAF sont équipées de batteries à charge rapide. La recharge se fait par le sol durant les arrêts en station.

    Zaragoza_0011.JPG

    L'avenue César Augusto est une des voie limitée au trafic des tramways. A gauche, le célèbre marché couvert.

    Zaragoza_0004.JPG

    Les rames sont au nombre de 21 (3010 à 3210). Ici à la sortie de la vieille ville avant de franchir le pont sur l'Ebre. A gauche, la tour de la Zuda.

    Zaragoza_0031.JPG

    Place d'Espagne.

    Zaragoza_0029.JPG

    Paseo Independencia.

    Zaragoza_0020.JPG

    Vers le sud, la ligne se dirige vers Mago de Oz, captation par ligne aérienne classique.

    Zaragoza_0018.JPG

    Zaragoza_0017.JPG

    Zaragoza_0015.JPG

    Via Iberica.

    Zaragoza_0025.JPG

    Calle Gertrudis Gomez de Avellaneda.

    Zaragoza_0021.JPG

    Avenue César Augusto.

    Photos : 05.12.2015.

  • Bilbao

    Depuis 2002, une courte ligne de tramways dessert l'essentiel du cœur de Bilbao, au pays basque espagnol. 

    Bilbao_0008.JPG

    Les rames sont des Urbos de la première génération, fournies par le constructeur local CAF. Il n'y a que huit voitures (401-408), ce qui est suffisant pour assurer une cadence de passage toutes les 10 minutes.

    Bilbao_0036.JPG

    La ligne démarre à la gare d'Axturi. Le tronçon est en voie unique sur environ 1,5 kilomètres. 

    Bilbao_0034.JPG

    L'architecture de Bilbao, tant pour les bâtiments anciens que pour les bâtiments contemporains, est remarquable. 

    Bilbao_0032.JPG

    Ci-dessus, circulation en voirie, Erribera Kalea aux abords de la vieille ville.

    Bilbao_0027.JPG

    Le long de la rivière "ria del Nervion", la voie est à présent double et en site propre engazonné.

    Bilbao_0026.JPG

    Bilbao_0030.JPG

    Une rame avec la livrée originale verte et grise.

    Bilbao_0024.JPG

    La 402 avec le célèbre musée Guggenheim en arrière-plan.

    Bilbao_0022.JPG
    Entre les arrêts Abandoibarra et Euskalduna.

    Bilbao_0019.JPG

    Quartier moderne desservi par le tramway à l'arrêt Euskalduna. 

    Bilbao_0016.JPG

    Bilbao_0017.JPG

    Bilbao_0011.JPG

    L'arrêt San Mamès donne accès à une ligne de chemin de fer Renfe ainsi qu'a la gare des bus interurbains (Termibus).

    Bilbao_0005.JPG

    Bilbao_0003.JPG

    Nouveau parcours en voirie, mais malgré tout un site protégé, dans l'avenue de Montevideo. Il s'agit de la dernière extension de la ligne, ouverte en 2012, vers le terminus de La Casilla.

    Bilbao_0038.JPG

    Le terminus de La Casilla est établi en plein milieu de la voirie. Un prolongement de la ligne est toutefois envisagé au delà de ce point. 

    Photos : 03.12.2015.

  • Málaga

    En Andalousie, la ville de Málaga a ouvert deux lignes de métro en juillet 2014. Si la plupart des infrastructures sont en tunnel, cinq arrêts sont malgré tout en surface.

    Malaga_0027.JPG

    Les rames de type Urbos 3 ont été fournies par le constructeur espagnol CAF. Il y en a actuellement 14 en service : 301 à 314 (ou 3010 à 3140 comme indiqué sur les rames).

    Malaga_0012.JPG

    Le terminus de la ligne 1 se trouve dans un endroit quasi désertique dénommé "Andalucia Tech". C'est au bout de cette ligne qu'est situé le dépôt.

    Malaga_0010.JPG

    Arrêt en station El Consul.

    Malaga_0020.JPG

    Au départ de la station Clinico.

    Malaga_0001.JPG

    La rame 304 à la station Universidad, dernière station avant l'entrée dans le tunnel.

    Malaga_0015.JPG

    Une dernière vue au départ de la station El Consul. Toutes les photos ont été prises le 02.12.2015. 

  • Tenerife

    Au cœur des iles Canaries, Tenerife est desservie par une ligne de tramways depuis 2007. Plus précisément, la ligne relie Santa Cruz à La Laguna.

    Tenerife_0040.JPG

    Le concept a été réalisé par le consortium Alstom et les rames sont tout naturellement des Citadis 302 de 32 mètres de long. Il y en a 26 au total.

    Tenerife_0047.JPG

    La ligne 1 relie la station de bus "Intercambiador" à Santa Cruz (ci-dessus) à "La Trinidad" à La Laguna (ci-dessous).

    Tenerife_0007.JPG

    La ligne de 12,5 kms part du niveau de la mer et n'arrête pas de monter pour atteindre une altitude de 545 mètres à son terminus de La Laguna. 

    Tenerife_0050.JPG

    A l'arrêt Fundacion.

    Tenerife_0059.JPG

    La ligne est fortement fréquentée. Un tramway passe toutes les 5 minutes du lundi au vendredi. Le samedi, la fréquence est de 10 minutes mais les rames sont doubles tandis que le dimanche, il faut attendre 15 minutes entre deux tramways.

    Tenerife_0025.JPG

    Dans le cœur historique de Santa Cruz, la circulation est désormais totalement réservée aux tramways, comme ici Calle Imeldo Seris. 

    Tenerife_0001.JPG

    Tenerife_0003.JPG

    Tenerife_0022.JPG

    Pour gagner de l'espace, les stations sont souvent à quai central, comme ici à Puente Zurita. Les stations sont équipées d'informations, de distributeurs de titres et d'indicateurs de temps d'attente de la prochaine rame.

    Tenerife_0017.JPG

    La ligne ne cessant pas de prendre de l'altitude, on voit souvent la mer en arrière-plan. Ici Calle Pedro Suarez-Hernandez, avec mer et montage comme décor.

    Tenerife_0030.JPG

    Ci-dessus, dans l'av. Anjel Guimera Jorge à Laguna.

    Tenerife_0032.JPG

    A l'arrêt "Museo de la Ciencia", av. de los Menceyes.

    Tenerife_0036.JPG

    Un peu plus loin, avec le Musée de la Science et du Cosmos en arrière-plan.

    Tenerife_0009.JPG

    En 2009, une deuxième courte ligne est venue s'imbriquer sur la première afin de desservir les quartiers de La Cuesta (ci-dessus)...

    Tenerife_0013.JPG

    ... et de Tincer (ci-dessus et ci-dessous).

    Tenerife_0014.JPG

    Tenerife_0061.JPG

    La ligne a la particularité de comporter deux tunnels aux connexions des lignes 1 et 2. On voit ici la rame n°15 à la sortie du tunnel en direction de Tincer.

    Tenerife_0060.JPG

    Les tramways de Tenerife furent parmi les premiers systèmes de transport à proposer la validation des titres de transport par smartphone. A la montée dans la rame, les voyageurs peuvent en effet utiliser leur téléphone portable et scanner le code QR ci-dessus afin de valider leur titre. Une façon plutôt moderne fortement appréciée par les plus jeunes.

    Tenerife_0069.JPG

    Terminons par cette vue ensoleillée à l'arrêt "Conservatorio". On peut deviner en arrière plan la brasserie locale qui produit la bière Dorada.

    Photos : 29-30 novembre 2015.